sous tourismeCes dernières décennies, plusieurs grandes villes du monde croulent littéralement sous le tourisme de masse.

En 2019, plusieurs villes faisaient d’ailleurs les gros titres de la presse, et certaines destinations fermaient même, pour endiguer le phénomène et tenter de rétablir les dégâts du tourisme sur l’environnement.

Depuis, on assiste à un nouveau phénomène: le sous tourisme.

Il incite les voyageurs à choisir comme alternative des destinations moins fréquentées.

Faut-il y voir une technique de promotion d’aubaine ou est-ce une option pour les voyageurs responsables ?

Le sous-tourisme pour attirer l’attention sur des destinations moins prisées

alternative au tourisme de masse

On voyage tout au long de l’année et les déplacements à l’étranger ne sont plus réservés à une élite de bien nantis.

Le sur-tourisme et les effets des foules sur les capitales mondiales du tourisme ont montré leurs limites.

Des villes mythiques telles que Paris, Venise, Barcelone, Bruges, Dubrovnik, Kyoto… ont décidé de réagir pour diminuer l’afflux de touristes sur leur territoire.

En 2019, Bruges décidait de limiter le nombre de bateaux de croisières à deux par jour, Venise fait désormais payer un droit d’entrée, alors que Paris songe à interdire les bus touristiques dans son centre-ville.

De son côté, le sous-tourisme gagne du terrain.

Les voyagistes et les offices de tourisme redoublent d’effort pour faire valoir les attraits naturels et culturels des destinations touristiques moins populaires ou peu connues.

Le message central, étant de se présenter comme l’alternative aux destinations envahies par les foules en périodes de vacances.

Voyageurs, sortez des sentiers battus ! Découvrez les paysages paradisiaques des îles Marshall, de la Bolivie, la Moldavie, Bali, ou de la Nouvelle-Calédonie ! Optez pour l’île de Lido plutôt que Venise, Calakmul au Mexique plutôt que Machu Picchu !

Cette tendance n’est pas nouvelle, en 2017 déjà, Oslo surfait sur le phénomène pour attirer des visiteurs lassés par les rues bondées de Paris à travers une vidéo de deux voyageurs sauvés d’un fail de vacances grace à Oslo.

Choisir des destinations moins fréquentées, quels avantages ?

Privilégier de nouvelles aventures, dans ces destinations où l’on vous attend à bras ouverts, comporte beaucoup d’avantages.

  • vous évitez les files d’attente incontournables pour admirer les plus beaux sites ;
  • vous pouvez visiter des lieux historiques à votre rythme, sans devoir vous faufiler parmi les nombreux amateurs de selfies ;
  • vous appréciez la beauté des plages moins bondées ;
  • vous profitez de tarifs plus abordables, en particulier sur les forfaits ;
  • vous participez à l’amélioration du mode de vie, du confort et du bien-être des habitants des pays-hôtes ;
  • vous êtes mieux accueilli en tant que visiteur, plutôt que de subir les contre-effets de la tourismophobie*.
*phénomène de rejet envers les touristes dans certains pays.

Sous-tourisme et voyage responsable

voyage hors de sentiers battus

Depuis plusieurs années, des impacts négatifs découlent des agissements du tourisme de masse ; la nature et la vie quotidienne des habitants des pays trop fréquentés en sont affectés.

L’eau est souvent gaspillée (au détriment de la population locale), des déchets sont produits en quantité excessive, les moyens de transport font augmenter le taux de CO2 dans l’air et les gaz à effets de serre, pour n’en mentionner que quelques-unes.

Le sous-tourisme constitue donc aussi une occasion idéale de promouvoir le tourisme durable.

De mettre en valeur une autre forme de voyage respectant davantage l’environnement ainsi que le mode de vie et les valeurs des populations hôtes.

En d’autres termes, un tourisme à impact positif sur l’environnement, le patrimoine culturel et les populations locales.

Un tourisme qui ne se limite pas au woofing, au tourisme solidaire ou à l’écotourisme et qui peut se pratiquer en ville ou à la plage.

Le sous-tourisme risque-t-il de devenir le tourisme de masse de demain ?

sous tourisme et tourisme de masse

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), les voyageurs (et les voyagistes) doivent viser l’objectif d’un tourisme responsable, c’est-à-dire orienté sur les conséquences économiques, sociales et environnementales à court et à long termes.

Les destinations qui surfent sur la vague du sous tourisme, pour attirer de nouveaux visiteurs, peuvent devenir les villes noyées par le tourisme demain, si elles ne s’y préparent pas.

Elles doivent donc dès le départ, être prête à accueillir des visiteurs, et intégrer le développement durable dans leur gestion touristique.

Quelle que soit la destination que vous souhaitez visiter, adopter des gestes éco-responsables en vacances n’est pas très compliqué.

Vous hésitez sur les bons gestes à adopter ? Redécouvrez nos dix astuces pour être en voyageur durable.

Holiable
Holiable est un site dédié au voyage éco-responsable. Un seul endroit pour trouver des hébergements eco-friendly, des restaurants durables et des activités éthique dans le monde entier. Découvrez des acteurs engagés, partagez vos expériences, lisez des avis, et mettez du vert dans vos voyages.
Instagram | Facebook | Twitter

Rejoignez la communauté des voyageurs éco-responsables

Devenez membre, pour sauvegarder vos favoris ou partager votre avis avec les autres membres d'Holiable.

Créer un compte voyageur

Ajouter votre établissement

Vous êtes un professionel du tourisme engagé dans le voyage éco-responsable ?

Créez votre page établissement et mettez en valeur vos initiatives

Ajouter mon établissement