Eurovélo

Durant l’été 2019 Matthias et Thomas ont parcouru L’EuroVélo 3 à vélo. Un challenge sportif relevé d’un défi écologique pour ces deux cuisiniers de formation originaires de l’Est de la France.

Revenus en Septembre, ils sont depuis repartis en Nouvelle-Zélande pour un nouveau challenge.

Ils nous parlent de leur traversée de l’Europe à vélo et de leur nouvelle aventure au bout du monde

Bonjour Matthias et Thomas, quel style de voyageurs êtes vous?

Nous sommes des voyageurs motivés par l’aventure, les découvertes, l’adrénaline, l’exploration, et la débrouillardise.

Nous avons un grand respect pour la planète et en voyage on recherche la rencontre d’autrui et le partage.

Nous sommes de ceux qui nous nous levons le matin dans un lieu trouvé au hasard la veille, et qui repartent sans savoir où nous dormirons le soir.

Une façon de se perdre tout en se retrouvant face à soi-même et savoir de quoi nous sommes capables.

Pourquoi avez-vous choisi de sensibiliser à l’environnement pendant votre itinéraire sur l’EuroVélo ?

Nous sommes cyclistes, et nous parcourons les routes  de notre région.

En vélo, on réalise vraiment que le respect de l’environnement et de la nature ainsi que la gestion des déchets sont souvent oubliés et nous souhaitions que cela change !

Alors à notre niveau, nous avons imaginé réaliser cette aventure avec des valeurs écologiques qui nous sont chères.

Pour nous l’action passe par la sensibilisation et la prévention.

Si nous voulons que nos enfants voient les mêmes trésors que nous avons la chance de découvrir, il faut bouger maintenant !

Voyageurs Responsables

D’où est né le projet de traverser l’Europe à vélo ?

L’idée est née fin août 2018, autour d’un café au restaurant. Nous sommes tombés sur l’itinéraire de l’EuroVélo 3.

Une piste cyclable qui part de Norvège (Trondheim) et qui se rend en Espagne (Saint-Jacques de Compostelle) pour un total de 5496 kilomètres.

Nous nous sommes lancés un défi mutuel.

Puis après quelques temps de réflexion, au défi sportif, s’est ajouté le challenge éco-responsable.

Être autonome en énergie et produire notre propre électricité grâce à des panneaux solaires, ramasser des déchets le long du parcours et sensibiliser les gens que nous allions rencontrer au voyage à vélo et au respect de l’environnement.

Nous avons nommé le projet Europe Eco Vélo et créé une association.

Est-ce que ça a été facile ?

L’autonomie en énergie était franchement un sacré avantage.

Certes, il fallait compter sur le soleil pour un rendu optimal, mais nous avons toujours pu avoir de la batterie sur nos appareils indispensables, notamment le GPS.

Nous avons également ramassé des déchets, plus de 20 kg sur la totalité de l’aventure. Nous les mettions dans des sacs en toile sur nos remorques, et les triions à la fin de la journée.

La sensibilisation au voyage à vélo, était quasi permanente. Lors de nos arrêts pour une nuit chez l’habitant, ou nos repas dans des parcs, des marchés, nous pouvions échanger avec les gens que nous rencontrions.

Nous avons aussi pu faire trois conférences en France, sur la route, où nous nous sommes adressés à des jeunes.

Une vraie fierté pour nous de réussir à faire passer notre message auprès de la future génération de voyageurs.

Vous voilà maintenant en Nouvelle Zélande. Quel est l’objectif cette fois ?

Nouvelle zélande à vélo

La Nouvelle-Zélande est un pays avec une nature préservée et une biodiversité exceptionnelle.

Nous souhaitons continuer, comme lors de notre premier voyage, de promouvoir la protection de notre planète.

Traverser ce pays est aussi un défi physique pour nous, car rouler sur une île dans un autre continent sera complètement nouveau.

Et notre objectif est de parcourir tout le pays, principalement en vélo

Quels sont les défis éco-responsables que vous vous êtes fixés ?

Pour cette aventure de six mois, nous avons plusieurs challenges.

  • Aménager un van pour y loger, avec des matériaux de récupération et être autonomes en énergie.
  • Acheter des vélos d’occasion pour parcourir les iles du nord et du sud en intégralité.
  • Faire du wwoofing
  • Continuer nos défis sans plastique en ramassant des déchets et en nous interdisant d’acheter des bouteilles en plastique.

Europe Eco Vélo

Et enfin, en lien avec notre métier, nous aimerions développer un concept de food truck autour de la cuisine maori et en lien avec les habitants. Nous sommes ici depuis peu, mais cherchons déjà des contacts.

Pour suivre Matthias et Thomas au quotidien, rendez vous sur Instagram et Facebook

 Des questions sur Europe Eco Velo ? Démarrez la discussion en commentaires

Toutes les photos de cet article sont utilisées avec l'autorisation de
Matthias & Thomas - Association EuropeEcoVelo
Holiable
Holiable is an eco-friendly travel planner helping you find sustainable hotels, green restaurants and ethical tourism activities around the world. Holiable was developed to share experiences, advice and reviews on sustainable travel, making it easier to prepare your next eco-friendly holiday.
Instagram | Facebook | Twitter

Devenez membre

Sauvegardez vos favoris ou partagez votre avis sur les établissements que vous avez visités

S'inscrire en tant que voyageur

Suggérer un lieu éco-friendly

Vous connaissez un endroit éco-responsable et vous aimeriez enrichir la plateforme.

Partagez le avec les membres
d'Holiable.

Suggérer un lieu